forum concernant le refuge de l'ADSA (25)
 
SiteSite  AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 CORRIDA

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
AuteurMessage
tankasacha
Admin


Nombre de messages : 14528
Date d'inscription : 13/07/2011

MessageSujet: Re: CORRIDA   Lun 20 Juin 2016 - 22:28

communiqué du CRAC Europe pour la Protection de l’Enfance (Comité Radicalement Anti Corrida) : http://anticorrida.com


Le chanteur Renaud et la femme politique Rama Yade prévoient d’être présents à la grande manifestation unitaire anticorrida de Mont-de-Marsan le 23 juillet 2016. Ils ont co-signé le communiqué qui suit :

La corrida est une abomination. Elle met en scène la torture et la mort de bovins pour le seul plaisir de spectateurs en mal d’émotions malsaines. Il s’agit pourtant d’un délit selon le Code pénal, mais un délit qui est exempté de peine dans une douzaine de départements du sud de la France sous prétexte de « tradition ».

Pire, tout est fait pour que les enfants des amateurs de cette pratique cruelle soient habitués le plus tôt possible à de telles horreurs, dans l’espoir qu’ils vont perpétuer ce « spectacle » sanglant en fort déclin quand ils deviendront adultes. L’entrée aux corridas est gratuite ou à très bas prix pour eux, dès leur plus jeune âge et alors que le Comité des Droits de l’Enfance de l’ONU a demandé à la France de leur en interdire l’accès – une recommandation que la France ignore, bien qu’elle soit signataire de la Convention des droits de l’enfance.

Il y a plus ignoble encore : l’existence depuis des années de plusieurs écoles de tauromachie dans certaines villes du sud du pays, telles que Nîmes, Arles, Béziers ou Aire-sur-Adour. Des adolescents, parfois dès l’âge de dix ans, apprennent à y torturer des veaux suivant les codes épouvantables de la corrida. On ne peut plus tolérer cela. A fortiori quand on sait que, selon les derniers sondages, une grande majorité de Français est pour l’abolition de la corrida, y compris dans les régions taurines.

A l’appel du CRAC Europe et de la FLAC, une vingtaine d’associations internationales de protection animale ont décidé de manifester le 23 juillet à Mont-de-Marsan, l’une des soixante villes de sang françaises. Quinze corridas auront lieu cette semaine-là rien que dans cette commune. Soyons-y le plus nombreux possible pour condamner ces massacres !

Rama Yade et Renaud

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi15

avatar

Féminin Nombre de messages : 9197
Age : 58
Localisation : Héricourt
Date d'inscription : 22/04/2009

MessageSujet: Re: CORRIDA   Mer 22 Juin 2016 - 20:30

s37 s37
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tankasacha
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 14528
Age : 64
Localisation : SANCEY
Date d'inscription : 13/07/2011

MessageSujet: Re: CORRIDA   Jeu 28 Juil 2016 - 17:07

Corrida radiée du PATRIMOINE CULTUREL INTERNATIONAL, le Conseil d’État confirme!


Le 1er juin 2015, après une bataille judiciaire de plus de quatre ans menée par les associations CRAC Europe et Droits des Animaux, la Cour administrative d’appel de Paris rendait une décision très attendue, tant par les opposants à la tauromachie qu’à ses soutiens : « La décision d’inscription de la corrida à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France doit être regardée comme ayant été abrogée ».

Cette inscription remontait à avril 2011. Elle avait été réalisée par une commission du ministère de la Culture, sous la houlette de Philippe Bélaval, aficionado convaincu, à l’époque directeur général des Patrimoines et surtout, membre fondateur de l’ONCT (Observatoire national des cultures taurines).

Or, cette initiative dépassait largement le fait de donner un vernis d’honorabilité aux corridas, décrites dans le Code pénal comme étant un délit relevant de sévices graves et actes de cruauté sur des animaux, jouissant d’une immunité de poursuites dans douze départements du sud du pays pour cause de « tradition locale ininterrompue », ce qui permet l’organisation en toute impunité de plus d’une centaine de corridas avec mises à mort chaque année. Le prétexte de l’inscription, en effet, a été largement utilisé par les organisateurs de ces divertissements sanglants pour tenter de justifier qu’ils relevaient de la sphère culturelle et bénéficiaient donc d’une TVA réduite et non à taux plein, un argument systématiquement rejeté par Bercy. Les malversations fiscales ne s’en sont pas moins multipliées, permettant de rendre les bilans comptables positifs alors qu’ils étaient en fait largement déficitaires. Les redressements fiscaux s’en sont suivis, mais avec un décalage de plusieurs années, ce qui permet aux organisateurs de rester à ce jour à flots, jusqu’à ce qu’ils soient totalement rattrapés. A titre d’exemple, Simon Casas, grand maître des corridas nîmoises, se retrouvera avec un déficit de 2 millions d’euros une fois que le fisc aura récupéré tout ce qui lui est dû.

Sous la pression des associations anti-corrida dès l’annonce de l’inscription le 22 avril 2011, toute mention de l’inscription disparaissait du site du ministère le mois suivant et n’a jamais réapparu depuis. Il s’agit là du point fondamental sur lequel s’était appuyé le rapporteur public en appel, qui précisait : « Quels que soient les motifs, soit disant techniques, qui sont invoqués pour justifier cette absence, il y a lieu de considérer que la corrida n’a pas, depuis son retrait ou son abrogation, été réinscrite sur la liste du patrimoine immatériel français. Si le ministre souhaite que cela soit le cas, qu’il le fasse clairement savoir et qu’il en assume les conséquences. »

Cet argument avait été entendu par le tribunal, qui concluait : « La décision d’inscription de la corrida à l’inventaire du patrimoine culturel immatériel de la France doit être regardée comme ayant été abrogée ». Suite à quoi l’ONCT et l’association des Villes taurines de France (AVTF) se sont pourvus en cassation au Conseil d’État, ce qui était leur droit, sans être pour autant suspensif. L’audience s’est tenue le 6 juillet et la décision a été rendue publique le 27 juillet.

Sans surprise, le recours de l’ONCT et de l’AVTF a été rejeté, confirmant ainsi de façon claire et indiscutable la radiation de la corrida du patrimoine culturel de la France. Les arguments retenus par le juge sont ceux mis en avant par le rapporteur qui a sèchement retoqué le fait qu’un tiers prenne appui sur une décision de justice ne le concernant pas, car si elle était admise, cela constituerait « un risque redoutable d’insécurité juridique ». De fait, la décision de la Cour administrative d’appel avait été de débouter le CRAC Europe et Droits des Animaux de leur demande d’annuler l’inscription de la corrida au patrimoine, pour la simple raison que cette inscription s’est révélée caduque. Personne d’autre que ces deux dernières associations n’avait donc un intérêt à se pourvoir en cassation et certainement pas les organisations pro-corrida – qui sont également condamnées à verser 3000 euros au CRAC Europe et à Droits des Animaux. Une subtilité qui a échappé à l’ONCT et l’AVTF, ce qui leur a valu un nouveau revers et confirme la victoire historique du mouvement anticorrida français, en attendant la prochaine que 73% des Français espèrent : l’abolition définitive de la corrida en France.

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe

_________________

On ne voit bien qu'avec le coeur.
L'essentiel est invisible pour les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tankasacha
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 14528
Age : 64
Localisation : SANCEY
Date d'inscription : 13/07/2011

MessageSujet: Re: CORRIDA   Mar 27 Sep 2016 - 8:06

Communiqué du CRAC ( Comité Radicalement Anti Corrida )

 

La lettre d'information
lundi 26 septembre 2016

Rodilhan : résistance, encore et toujours !

Bonjour,

Le 8 octobre prochain, cette petite commune du Gard, qui n’aurait dû être connue que pour ses hameaux et son chaud climat du Sud, « fêtera » le cinquième anniversaire d’un lynchage tristement célèbre, exercé par des aficionados sur des militants anticorrida pacifiques. Rappel des faits.

Ce samedi d’octobre 2011, à l’initiative du CRAC Europe pour la protection de l’enfance, en partenariat avec Animaux en péril et Droits des animaux, 65 militants se sont enchaînés durant une demi-heure dans l’arène, juste avant le début de la finale annuelle de « Graines de toreros » — tournoi où de jeunes adolescents sortis des écoles taurines (inscriptions à partir de 10 ans) torturent et tuent des veaux à l’arme blanche. En haut des gradins, 30 autres militants ont déployé des banderoles dénonçant cette barbarie. Action pacifique, participants restés stoïques, respectant les consignes données, malgré une très grande brutalité déployée par les aficionados, déchaînés, enragés, avides de violence.



Coups de pied, de poing, également assenés avec des chaînes, vêtements arrachés, dont un soutien-gorge exhibé en trophée, militants aspergés à la lance d’arrosage, un journaliste de France 3 tabassé, du matériel détruit… Plusieurs plaintes, entre autres pour fractures, sont déposées. Dans un communiqué de presse, Jean-Pierre Garrigues (lynché comme tout le monde !) écrit : « Des spectateurs sont descendus dans l’arène pour participer à la curée. D’autres, debout, le bras tendu, poing serré et pouce vers le bas, demandaient notre mise à mort. » Serge Reder lui-même, élu de la République, maire de Rodilhan, garant de l’ordre public, ne se prive pas et met « la main à la pâte ».

Plus de quatre années passent, le procès tarde, mais arrive enfin, et il est historique. Les 14 et 15 janvier 2016, dix-huit aficionados étaient jugés au tribunal correctionnel pour « violences en réunion », « vol avec violence » et « non-assistance à personnes en danger » sur les militants anticorrida. J.-P. Garrigues était, lui, poursuivi pour « manifestation non déclarée ». Le jugement est mis en délibéré au 14 avril. Ce 14 avril, au tribunal de Nîmes, 17 aficionados sont condamnés à de lourdes amendes, et, du jamais-vu, jusqu’à six mois de prison ferme pour deux d’entre eux. Les vidéos du lynchage ont largement contribué à montrer la réalité des faits.

Notre président est poursuivi pour avoir organisé une manifestation non déclarée et condamné à quatre mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende. Serge Reder, condamné à 1 500 euros d’amende, a fait appel.

Le 16 octobre prochain, sans aucune honte ni repentance, une novillada aura lieu, des veaux seront de nouveaux livrés à des adolescents qui les massacreront sans pitié, indifférents à leurs cris de douleur, et sans aucune échappatoire. Et, cerise sur le gâteau du sordide, la « bienfaisance » en sera le pseudo alibi, puisque une partie des bénéfices sera versée à une association caritative… pour enfants. L’argent de la torture de jeunes taureaux, exercée par des ados, sera distribué pour « faire le bien » à de jeunes enfants : cherchez l’erreur, vous ne mettrez pas longtemps à la trouver…

Comme l’an passé, cette année encore, soyons là, le 16 octobre, pas pour le symbole, mais pour résister. Rendez-vous au parking du stade à 9 h 30. Vous y retrouverez nos courageux délégués, fidèles au poste, comme vous tous.

Ensemble, jusqu’à l’abolition !

Luce Lapin
Vice-présidente

_________________

On ne voit bien qu'avec le coeur.
L'essentiel est invisible pour les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CORRIDA   

Revenir en haut Aller en bas
 
CORRIDA
Revenir en haut 
Page 8 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Refuge ADSA Forum :: Les coups de pattes :: Des questions sur la vie animale ?-
Sauter vers: